Ivan Pranishnikoff

Publié 12/04/2013 10:44:00 - Patrimoine et culture

Ivan PRANISHNIKOFF

            Artiste, aventurier et prospecteur.





Fils de Boyard, Ivan Pétrovitch Pranishnikoff est né à Koursk (Russie occidentale) le 3 mai 1841 et il est mort aux Saintes-Maries-de-la-Mer le 16 avril 1909. Doté de dons exceptionnels pour le dessin et la peinture, il éprouve également un attrait immodéré pour l’aventure, la liberté et les voyages.

Après avoir étudié la peinture à l’Académie Saint Luc de Rome, il s’engage aux côtés de Garibaldi en Sicile. Il voyage beaucoup autour de la Méditerranée, s’initiant aux richesses de l’antiquité gréco-romaine, à l’archéologie et à la préhistoire. Il contribue, avec d’autres passionnés, à créer la Société Préhistorique Française. Prospecteur infatigable, il parcourt, le plus souvent à bicyclette, les garrigues languedociennes et provençales pour admirer l’esthétique des paysages tout en recherchant inlassablement des témoignages de l’activité de nos ancêtres.

Citoyen du monde.

Mais l’Europe ne suffit pas à assouvir son désir dévorant d’espace. Ainsi, il parcourt le Canada, les Etats-Unis, le Mexique tour à tour en qualité d’ingénieur, de journaliste, de peintre, d’illustrateur et de photographe. Ce russe, touche à tout, réussi tout ce qu’il entreprend. Après son mariage avec Joséphine Languedoc, il s’installe à Paris en 1879 où son immense talent est désormais consacré. Familier des Tourgueniev, Pouchkine, Gagarine, il rencontre des provençaux célèbres, notamment Daudet et Mistral dont il devient l’ami.

Ses qualités d’illustrateur font de lui un collaborateur assidu des Editions plon et Hachette alors que le Tzar Alexandre III le nomme peintre officiel de l’armée russe. Les expositions de Paris mettent en exergue, outre son immense talent d’artiste, son rôle d’ambassadeur actif du rapprochement entre l’Orient et l’Occident institutionnalisé par la création de l’Alliance Franco-russe



Provençal authentique.

Sur les conseils de ses amis provençaux il visite Arles, Avignon, Tarascon et s’éprend pour ce pays de lumière. A l’instar de son ami Alphonse Daudet, Ivan Pranishnikoff rêve de trouver un endroit calme où il puisse se reposer des « fièvres parisiennes » et redécouvrir ses sources d’inspiration dans une nature riche, esthétique et authentique. Finalement, son choix se porte sur la Camargue et le village des Saintes-Maries-de-la-Mer où il se fixe en 1881.

C’est alors qu’il apprend la langue provençale, devient membre actif du Félibrige et co-fondateur de la Nation Gardiane.  Il participe à toutes les manifestations de la Renaissance Provençale en mettant tout son talent au service des Lettres et des Arts tout en menant la vie rustique d’un gardian, chevauchant dans les enganes comme le meilleur des cavaliers camarguais.

Apprécié des saintois.

Les saintois tiennent en haute estime « Moussu Ivan » ainsi que son épouse, couple si parfaitement intégré à cette communauté des Saintes qui ne s’étonne jamais de l’originalité des hommes. Et c’est ainsi qu’Ivan Pétrovitch vivra dans la paix camarguaise aimé des grands comme des humbles. il restera pour nous un des hommes les plus extraordinaires qui ait marqué la fin du 19è siècle de sa prodigieuse personnalité qui demeure une grande fierté pour notre village.



Précurseur et visionnaire.

Par sa vie et par son action, Pranishnikoff a préfiguré et idéalisé, avec près d’un siècle d’avance, l’Europe d’aujourd’hui dont il s’avère le prophète émérite. A ce titre, il incarne, par l’étonnante contemporanéité de son oeuvre et de sa pensée, l’une des grandes figures œcuméniques et philosophiques universelles des temps modernes.

L’ami de Joseph ESPELLY.


Ivan Pranishnikoff avait noué une solide amitié avec Joseph Espelly qui fut maire des Saintes-Maries-de-la-Mer de 1906 à 1920. A l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort d’Ivan Pranishnikoff, Madame Corinne Espelly a fait don à la commune de 4 oeuvres originales de l’artiste russe. Il n’est malheureusement plus possible d’admirer ces  tableaux, ainsi qu’une aquarelle gouachée représentant l’arrivée des taureaux aux Saintes, car le musée Baroncelli, où ils sont déposés, est désormais fermé au public pour des raisons de sécurité. A défaut des Saintes, il est toujours possible de voir des peintures et des dessins d’Ivan Pranishnikoff au Museon Arlaten d’Arles, au Palais de l’Elysée, au Musée des Beaux-Arts de Nantes, au Musée d’Etat de Saint-Pétersbourg et dans de très nombreuses collections privées. 



En 1881, le couple Pranishnikoff loue une petite maison dans la rue des Pénitents Blancs avant de s’installer dans une maison plus spacieuse, rue de l’Hôtel de ville rebaptisée depuis Rue Victor Hugo.  Cette maison, bâtie sur 2 niveaux, passait à l’époque pour l’une des plus bourgeoises du quartier. Le peintre avait installé son atelier dans une vaste pièce lumineuse située au premier étage.



Personnage éclectique, Ivan Pétrovitch PRANISHNIKOFF fut tout à la fois :

Ami des animaux et de la nature.
Défenseur des opprimés et bienfaiteur des pauvres.
Journaliste, reporter, illustrateur de revues et de livres.
Ecrivain, poète et Félibre.
Humaniste, philosophe et gardian.
Ambassadeur des cultures européennes et américaines.
Traducteur de Tourgueniev en provençal.
Sculpteur, archéologue, paléologue, paléontologue.
Membre de la Société Préhistorique de France.
Peintre officiel de l’armée du Tzar Alexandre III.
Peintre du Canada, de Paris et de la Nation Gardiane. Grand prix de Rome. 
Collaborateur de F. Mistral, M. Jouveau, F. de Baroncelli, J. Charles Roux, L. Lelée.
Il était Chevalier de la Légion d’Honneur et Chevalier des Palmes Académiques.






Santen pour l’éternité.


Ivan Pranishnikoff s’est éteint, dans sa maison des Saintes, le 16 avril 1909 après qu’il eut fait un malaise, à la station d’Albaron, dans le train qui le ramenait d’Arles. Faute de caveau familial, il fut provisoirement inhumé dans celui de ses amis Cormier. Joséphine, sa veuve, entreprit alors de faire construire un monument funéraire dont elle confia la conception à l’architecte A. Coquelin. Le superbe ouvrage, construit en granit noir et en porphyre, était orné d’un magnifique buste en bronze réalisé par le célèbre sculpteur russe Léopold Bernstamm. A sa mort, en 1913, selon son vœu, Joséphine rejoignit Ivan, pour l’éternité, dans le tombeau qu’elle avait fait ériger à cette intention. Mais ce ne fut pas le dernier voyage du grand homme car en 1943, le cimetière marin des Saintes fut transféré à l’entrée nord du village où le tombeau des Pranishnikoff est désormais installé ... jusqu’au prochain voyage.



Jules Grand, président de la Nacioun Gardiano, prononçant un discours provençal dans le cimetière des Saintes Maries de la Mer devant le cercueil de Joséphine PRANISHNIKOFF, femme du peintre (1913).
(Photo : archives du Palais du Roure)





Le 29 septembre 1912, Jules Grand, président de la Nacioun Gardiano, raconte la vie d’Ivan PRANISHNIKOFF devant la maison où il vécut pendant 27 ans.
(Photo : archives du Palais du Roure)



Bibliographie :

(1) : biographie succinte écrite sur la base d’un texte de Raymond Rousset.
Ivan PRANISHNIKOFF 1841-1909 Peintre et Philosophe Russe et Gardian par Michel Gay. Ed. Notre-Dame Nimes





Ajouter votre commentaire à cet article


Pseudo :
E-mail :
Votre commentaire :
Votre commentaire sera publié après validation par le modérateur.



Bas de page


 30/05/2013 09:42:50         Commentaire 1 par : jo

belle histoire damour.




Haut de page