Le serpent de mer

Publié 11/04/2013 17:37:00 - L'avis du citoyen

Quand le serpent de mer sortira de l'étang.

Un projet du siècle dernier.

Le 13 mars 1998,  le conseil municipal des Saintes Maries de la Mer approuve, par la délibération 98-46, la modification du plan d’occupation des sols  (POS). La modification en question porte sur un changement de définition du zonage concernant l’étang des Petites Launes, une partie de l’étang des Grande Launes et la bande de terrain dite « cabanes de gardian », située entre la mer et l’étang des Grandes Launes. L’objectif de cette modification du POS était de permettre la réalisation d’une aire de stationnement d’une capacité de 900 places.



 La justice annule le projet.

Le 22 mai 1998, l’association SAINTES ET CAMARGUE dépose une requête auprès du TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE, enregistrée sous le numéro 98-3558, pour demander l’annulation de la délibération en date du 13 mars 1998 par laquelle le conseil municipal  des Saintes Maries de la Mer a approuvé la modification du plan d’occupation des sols.

Le 19 octobre 2000, le TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE prononce l’annulation des délibérations du conseil municipal de la commune des Saintes Maries de la Mer du 10 juillet 1997 et du 13 mars 1998. Dans ses attendus, le tribunal invoque principalement des motifs d’ordre environnementaux eu égard au caractère sensible et particulièrement fragile du site ainsi qu’à sa valeur paysagère.

Relance du projet.


En juillet 2000, alors que le Tribunal Administratif n’a toujours pas rendu sa décision, la commune des Saintes Maries de la Mer présente le futur projet d’aire de stationnement des Launes dans sa revue municipale n° 15 . Ce projet fait apparaître la création de 666 emplacements supplémentaires pour le stationnement des voitures et 41 places pour le stationnement des cars. Ainsi, en portant la capacité de l’aire de stationnement à 1026 véhicules, la réalisation de ce projet aboutirait au triplement du parking existant.

Compte tenu des aménagements périphériques indispensables, on peut estimer que l’emprise au sol de la future infrastructure sera multipliée par 3 par rapport à l’infrastructure existante, comme le montre le plan publié dans la revue municipale. La superficie actuelle du parking étant approximativement de 1,5 ha, la future aire de stationnement devrait s’étendre, au moins, sur 4,5 ha dont 3 pris, non pas sur la berge, mais sur l’étang lui-même. Le projet repris dans le PLU est rigoureusement identique à celui de juillet 2000. Ainsi, la zone estampillée AUla (1), afférente à l’extension du parking  sur l’étang des Launes, épouse parfaitement le périmètre du plan de juillet 2000. 

(1) - Zone AUla : Il s’agit d’une zone à urbaniser destinée à des équipements collectifs liés à la vocation de loisirs. Celle-ci peut être urbanisée à l’occasion de la réalisation d’opérations d’aménagement ou de constructions compatibles avec un aménagement de la totalité de la zone. Ainsi, il n’est pas impossible que des bâtiments soient érigés avec les conséquences que l’on peut imaginer sur la qualité paysagère du site.




Embouteillage, bruit et pollution.

Au-delà des approximations relatives aux superficies et à la nature des zones concernées, le projet dit « d’extension du parking de centre ville » appelle, avant tout, un travail de réflexion sur l’impact négatif que pourrait avoir un tel ouvrage, notamment en aggravant les conditions de circulation des véhicules automobiles dans la commune. Même en  admettant que l’étang des Launes ait vocation à devenir le « centre ville » du village des Saintes, pourquoi vouloir attirer en ce lieu tous les automobilistes en quête d’une place de stationnement?

Pourtant, tous les urbanistes savent aujourd’hui que les parkings de centre ville agissent comme de véritables aspirateurs à voitures avec pour effet principal la création d’embouteillages et l’aggravation de la pollution atmosphérique et des nuisances sonores. Dans le cas d’espèce, le pire est d’autant plus probable que l’étang des Launes, qui se trouve totalement enclavé, n’est accessible que par les petites rues du vrai centre du village. 

Une méga structure permanente pour  répondre à un problème ponctuel.

Une autre question importante concerne la pertinence du projet au regard du problème posé. En effet, en dehors d’une quinzaine de jours dans l’année, le stationnement des voitures ne présente pas de difficulté insurmontable. D’autant plus que des mesures simples et peu coûteuses visant à optimiser le parking existant et à reconvertir la zone réservée aux camping cars à l’entrée nord du village pourraient notoirement améliorer l’ordinaire.

Pour le reste, il s’agit d’un problème de crête ponctuel dont la résolution, à l’instar de ce qui se fait partout ailleurs, passe par la création de zones temporaires de stationnement à la périphérie du village avec, le cas échéant, la mise en place d’un service de navettes permettant aux automobilistes de rejoindre facilement le centre du village.



Evolution du parking en aire de grand rassemblement.

Le 24 mai 2006, Madame Catherine Vautrin, en sa qualité de Ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité, s’engage à étudier le dossier de l’aire de grand rassemblement des Launes portant sur la création de 954 emplacements de caravanes. Dès lors, le parking des Launes change de vocation pour devenir une aire de grand rassemblement destinée à assurer, plus dignement, l’accueil des gens du voyage à l’occasion du pèlerinage de mai. Si l’intention est louable, l’emplacement choisi est-il adéquat dans la mesure où une telle infrastructure implique la réalisation d’équipements lourds et pérennes qui plus est dans un environnement naturel sensible et particulièrement fragile.

Si l’on se réfère à la description faite par la commune des Saintes Maries de la Mer, l’extension est censée couvrir une zone d’un hectare et demi pour une superficie totale de 3 hectares. Il serait intéressant de savoir sur quelles normes s’appuie la commune des Saintes pour prétendre pouvoir réaliser une infrastructure d’accueil pour 954 caravanes, représentant une population de l’ordre de 4 à 5000 personnes, plus les équipements et les voies de circulation , sur un espace aussi réduit. Pourtant, si l’on se réfère aux normes en vigueur, en retenant la fourchette basse, c’est  au moins dix hectares qui seraient nécessaires pour réaliser une aire de grand rassemblement d’une telle ampleur.




Pour la commission ad hoc du Parc, "le projet n’est pas défendable".

Le 17 janvier 2007, la commission « Architecture, Urbanisme et Paysages » du Parc Naturel Régional de Camargue s’est réunie pour examiner le projet de Plan Local d’Urbanisme de la commune des Saintes Maries de la Mer et juger de sa compatibilité avec la Charte. S’agissant du projet d’extension du parking des Launes, qui n’est manifestement pas présenté comme une future aire de grand rassemblement mais comme un parking de centre ville, la commission précise que l’emprise de l’extension projetée est située en zone d’interface du Plan du Parc qui reconnaît l’étang comme un milieu « d’une particulière diversité mais aussi d’une grande fragilité » (article 10.2 de la Charte de 1998).

En conséquence, la Présidente de la commission « considère que dans une logique de Parc Naturel Régional, le projet de parking sur l’étang des Launes n’est pas défendable même si elle comprend les justifications proposées ». Depuis, dans la nouvelle version de la charte du PNRC qui a été promulguée en février 2011, l’étang des Launes a reçu le statut de « zone humide majeure ». Autant dire que la transformation, fut-elle partielle, de ce site en parking serait totalement incompatible avec les engagements de la charte dont la commune des Saintes est signataire.

Stationnez, il n’y a plus rien à voir.
 
La construction, sur l’emprise même de l'étang des Launes, d’un parking de supermarché défigurera, à tout jamais, un des panoramas les plus identitaires des Saintes. Améliorer l'accueil, n'est ce pas d'abord prendre soin du premier regard que le visiteur porte sur le village et  préserver, avant tout, ce pourquoi il est venu : la beauté et l’authenticité du lieu. Sans oublier, pour autant, le regard des saintois.

La quadruple peine pour les saintois.


Comme si, en termes d’inconvénients engendrés par le méga parking des Launes, le désastre environnemental, l’atteinte irréparable à l’identité paysagère et l’aggravation prévisible des conditions de circulation dans le centre du village en période estivale ne suffisaient pas, il faut y ajouter la gabegie financière que représenterait ce projet pour les contribuables locaux. En effet, dans un entretien accordé au journal La Provence du 4 mars 2009, le maire des Saintes déclare fièrement que le parking sera gratuit pour les usagers alors que le budget prévisionnel (très optimiste) du projet s’élève  à 1,5 millions d’euros. Autant dire que ce sont encore les contribuables saintois qui vont payer !  

Morte saison.


Certes, on peut toujours se rassurer en constatant que les projets de la municipalité ne sont souvent que des serpents de mer qui font rarement surface, mais quand l’entêtement annihile toute raison, le pire reste toujours possible. Quand l’étendue de bitume aura recouvert l’étang, alors notre village, aujourd'hui encore si beau quand il redevient lui-même, prendra, comme tant d'autres stations, aux yeux des autochtones, le triste visage de la morte saison.






 




Ajouter votre commentaire à cet article


Pseudo :
E-mail :
Votre commentaire :
Votre commentaire sera publié après validation par le modérateur.



Bas de page


 02/12/2015 18:48:46         Commentaire 2 par : RS

Le serpent de mer nåest toujours pas sorti de lååtang ! Pour cela, il faudrait que le PLU (Plan Local dåUrbanisme) de la commune qui est en cours dåålaboration depuis plus de 15 ans soit finaliså et validå par les autoritås compåtentes. La derniåre version å consultable å du PLU comportait bel et bien le bitumage de plusieurs hectares de lååtang des Launes pour construire un parking dit å de centre-ville å. Depuis, lååtang des Launes a åtå classå å zone humide majeure å dans la nouvelle charte du Parc Naturel Rågional de Camargue. Cela suffira-t-il pour sauver ce joyau ? rien nåest moins sår.



 30/11/2015 17:42:04         Commentaire 1 par : Sand-Rina

Qu'en est-il fin 2015 ?




Haut de page