La buse du canal.

Publié 26/04/2011 18:01:00 - cadre de vie

Le débit de l'eau.


La municipalité a récemment fait procéder à la construction d’un large passage permettant le franchissement du canal des Launes à proximité du pont Noir. Au delà de  l’étonnement que peut susciter la construction d’un passage à côté d’un pont, c’est la technique utilisée qui peut poser problème. En effet, l’ouvrage a été réalisé selon la méthode du busage, avec une seule buse sur une longueur d’une dizaine de mètres pour assurer l’écoulement de l’eau. 

 

Ouvrage réalisé à proximité du "pont Noir" avec une seule buse.


Ainsi, le gabarit du canal des Launes est passé d’un potentiel de l’ordre de 6 m2 à 0,785 m2. Ajouté à la faiblesse du courant, cet ouvrage en forme d’entonnoir aura pour conséquence de réduire le débit nominal du canal dans des proportions considérables. Or, le canal des Launes a précisément pour fonction d’évacuer les eaux pluviales pour tout l’ouest du village, ainsi, plusieurs collecteurs débouchent dans le canal tout au long de sa partie urbanisée.

 

Des explications vaseuses.


Selon nos informations, ces travaux auraient pour but de permettre le passage des engins utilisés pour l’entretien du canal. Il est vrai que les ouvertures réalisées sur la dune du bord de mer provoquent un apport considérable de sable dans le canal qui nécessiterait des curages fréquents. A ce propos, une étude hydrologique réalisée par des experts en 2004 pointait déjà ce problème (1) : « A l’entrée ouest des Saintes Maries de la Mer, la dune le long du littoral a été ouverte pour faciliter l’accès aux plages. Cet aménagement a été réalisé sans prendre en compte les quantités importantes de sable apportées au canal des Launes longeant cette digue. les intrusions sont telles que le canal a besoin d’être dessablé par un curage sur presque toute sa longueur ».  Inutile de préciser qu’aucun curage n’a été réalisé depuis la création du passage.


De larges brèches ont été ouvertes dans la dune pour faciliter l'accès à la plage.


Du reste, à quoi cela servirait-il de curer le canal pour accroître son gabarit alors que le passage permanent qui a été construit pour permettre l’accès des engins constitue, en aval, une limite physique au passage de l’eau égale au diamètre de la buse diminué de la vase qui a déjà commencé à se déposer à l’intérieur ? Pour le coup, on marche sur la tête!


Au passage, entre autres bizarreries, nous observons que l’ouvrage situé en amont des collecteurs se trouve équipé de deux buses quand celui qui se trouve en aval n’en possède qu’une seule. En somme,  plus le débit potentiel de l’eau est important et plus le gabarit du canal est réduit. Voilà une bien curieuse façon de concevoir l’ingénierie de l’hydraulique des canaux qui est pourtant une spécialité camarguaise depuis des siècles. Par ailleurs, du fait de son architecture en forme d’entonnoir, l’ouvrage provoquera inévitablement un effet de barrage entraînant la rétention de toutes sortes de détritus susceptibles de boucher l’orifice de l’unique buse. Dans ces conditions, que se passera-t-il à l’occasion des futurs épisodes pluvieux intenses tel que celui de décembre 2003 où les précipitations atteignirent près de 400 mm en une seule nuit ?


Ouvrage réalisé en amont avec 2 buses.

 

Pour accentuer encore un peu plus le défit au bon sens que constitue cette opération, le comblement du canal a été effectué avec du sable de plage recouvert de terre en surface.

 

Ainsi, on prélève du sable de plage au détriment de la protection du littoral contre le risque de submersion marine pour le déverser dans le canal des Launes au risque de provoquer, un jour, une inondation par  l’eau douce. Comprenne qui pourra


A ce jour, le seul engin qui utilise le passage est la débroussailleuse municipale qui vient régulièrement dévaster la roselière qui borde l’étang des Launes. Les canards et poules d’eau iront faire leurs nids ailleurs.


Le Pont du Mort vers 1930 (carte postale B. Vieilleville _ Lyon)

 

Jadis, les responsables de l’urbanisme de notre village savaient faire preuve de bon goût et de bon sens. Ainsi, pour franchir le canal des Launes, ils construisaient de jolis petits ponts, en harmonie avec le paysage, qui inspiraient les peintres, les photographes et les poètes. Il est peu probable que l’on voit un jour la buse du canal sur une carte postale ou sur la toile d’un peintre. Triste époque.


Couvée de canards nés au bord de l'étang des Launes.

 

 


Ajouter votre commentaire à cet article


Pseudo :
E-mail :
Votre commentaire :
Votre commentaire sera publié après validation par le modérateur.



Bas de page



Haut de page