Les Saintes, terre d'élection

Publié 09/02/2009 00:29:00 - L'avis du citoyen

Les populations légales millésimées 2006 sont entrées en vigueur le 1er janvier 2009. A partir de 2008, la nouvelle méthode de recensement basée sur des enquêtes de recensement annuelles permet de calculer, chaque année, des populations légales actualisées. Ainsi, fin 2008 sont publiées les populations légales qui entrent en vigueur le 1er  janvier 2009. Ces populations légales sont millésimées 2006 car elles sont calculées à partir des informations collectées lors des enquêtes de recensement de 2004 à 2008 et ramenées à une même date : celle du milieu de la période. Pour notre commune, le dernier recensement a été effectué en 2008.


Le présent article s’attache à mesurer les grandes tendances démographiques des Saintes Maries de la Mer en matières de population légale et de corps électoral. A ce stade, il  s’agit d’un simple constat établi à partir des données officielles propres à notre commune. A titre d’exemple, les indicateurs locaux sont comparés avec les indicateurs équivalents relatifs à des communes de profil semblable, ainsi qu’avec les indicateurs des agrégats supérieurs (département, région, pays).


Les tendances statistiques (1) sont mesurées sur deux périodes dont les zones de recouvrement sont suffisantes pour établir des points de comparaison pertinents. Ainsi, les données relatives à l’évolution de la population légale correspondent aux résultats des recensements entrés en vigueur en 1999 et 2006, alors que les données relatives au corps électoral correspondent aux élections locales de 2001, 2008 et aux élections nationales de 2007. 





Alors que la population des Saintes Maries de la Mer n’a cessé de croître depuis 1982 , le dernier recensement indique une diminution de 5,53 % de la population communale par rapport à 1999. Cela est d’autant plus surprenant que la tendance aux niveaux national, régional (PACA) et départemental (BdR) est nettement à la hausse. Cette tendance est particulièrement spectaculaire pour les communes littorales à vocation touristique. A titre d’exemple,  les stations  du Grau du Roi et de la Grande Motte ont vu leur population légale croître respectivement de 34,33 % et 27,01 %.


Bien que ce constat appelle une analyse approfondie des facteurs structurels qui ont conduit notre commune à une décroissance démographique singulière, n’y a-t-il pas lieu de s’interroger, dès à présent, sur l’impact de la dégradation du cadre de vie au regard de l’attractivité du village tant pour ses habitants que pour ses visiteurs.





Si la population communale semble avoir entamé une cure d’amaigrissement, il n’en va pas de même pour le corps électoral local qui, pendant la même période, a pris un bien curieux embonpoint. Ainsi, pendant que la population légale baissait de plus de 5 %, le nombre d’électeurs inscrits augmentait de près de 9 %. Pourtant, le ratio électeurs/population était déjà très élevé aux Saintes Maries de la Mer où il atteignait 100 % en 2001 pour culminer à 115 % en 2008.  A titre de comparaison, le ratio national est de 70 % alors que dans des stations littorales, sensiblement comparables à la notre, il est respectivement de 91 et 93 % au Grau du Roi et à la Grande Motte. 





S’il n’est bien évidemment pas question, dans notre propos, de remettre en cause la sincérité des scrutins saintois, pour autant, ne serait-il pas utile, du point de vue du citoyen, d’analyser le fonctionnement de la commission ad hoc durant cette  période? La  protubérance du corps électoral résulterait-elle d’une surconsommation de charcuterie saintoise, serait-elle le fruit d’une pratique intensive du bodybuilding électoral, à moins, pourquoi pas, que cette étonnante mue corporelle ne relève tout simplement d’un phénomène naturel propre à la Camargue ? 





Mauvaise graisse ou excès de muscle, en tout cas l’efficience du corps électoral saintois est indéniable comme en atteste l’importance des taux de participation. Ainsi, aux Saintes, le ratio votants/population est de 98 % alors qu’il n’atteint que 69 % au Grau du Roi et 67 % à la Grande Motte. Ces derniers exemples montrent bien que la densité des résidences secondaires n’explique pas tout dans la mesure où les ratios saintois sont hors normes par rapport à des  communes de profil comparable. Par ailleurs, l’effet « papy boom » qui impacte les populations légales, notamment en transformant des résidences secondaires en résidences principales, devrait mécaniquement contribuer à réduire l’écart entre les populations légales et électorales.  





En première analyse, il semble ressortir de ce constat technique une incontestable performance municipale en matière d’attractivité électorale et l’amorce d’un déclin pour la population de notre commune.




(1)  Sources INSEE (www.insee.fr) pour les données relatives aux recensements de la population et Ministère de l’Intérieur (www.interieur.gouv.fr) pour les données relatives aux élections.





Ajouter votre commentaire à cet article


Pseudo :
E-mail :
Votre commentaire :
Votre commentaire sera publié après validation par le modérateur.



Bas de page


 02/06/2013 11:39:03         Commentaire 12 par : manolo13

il est un peu surprenant que le maire dispose de

400 pouvoir aux élections ainsi il les distribue

aux elus qui voteront pour lui je parle des residences

secondaires qui votent aux saintes c'est trés facile

d'etre electeur aux saintes le maire s'occupe de tout

pourquoi le ministre de l'interieur ne controle t'il

pas les listes electorale car il y a deux fichier



 12/04/2009 16:28:35         Commentaire 11 par : lou gabian

les impôts n'ont pas augmentés depuis quinze ans ont croit rêver les impôts fonciers aussi par contre les ordures ménagères et les employés municipaux ainsi que les sous policiers sont montés en flêche



 11/04/2009 10:24:11         Commentaire 10 par : lou gabian

en lisant la Provence du samedi 11 avril l'article du maire me laisse ko il ne manque pas d'air l'animal. j'ose espérer que notre Député ainsi que notre Président du Conseil Général vont apporter une réponse a notre petit boucher.



 31/03/2009 12:51:47         Commentaire 9 par : lou gabian

que fait la ministre de l'intérieur après les chiffres effarants des faux électeurs des saintes. Saintois dormez tranquille Chassain veille sur vous et vos maisons qui n'arrêtent pas d'être visitées et presque personnes est au courant. Il ne faut pas en parler cela ferait fuir les touristes



 17/03/2009 16:01:16         Commentaire 8 par : lou gabian

tiberi a echappe a la prison il serait interesant que le ministere de l'interieur epluche un peu mieux les electeurs fantomes des saintes



 21/02/2009 11:16:17         Commentaire 7 par : Tartarin

Pour votre information je vous signale que l’exode ne concerne pas que les habitants des Saintes, il touche également les canards qui ont une fâcheuse tendance à éviter la commune. Faudra-t-il attendre que les colverts obtiennent le droit de vote pour les voir revenir aux Saintes ?



 21/02/2009 11:06:57         Commentaire 6 par : Tibéri de Paris

Si j’en crois ma calculette, en appliquant le ratio national, les listes électorales de chez vous devraient comporter 1640 électeurs alors qu’elles en comptent 2708 soit un minuscule surplus de 1068 inscrits. En tenant compte de la situation géographique du village, on peut estimer (par comparaison avec des villages voisins de même profil) l’impact des résidences secondaires à 400 électeurs (25% d’électeurs supplémentaires par rapport à la moyenne nationale), ce qui nous conduit à un « surplus » d’électeurs de 668 pour un corps électoral de 2708. Quand je pense que près de 15 ans après les faits on me traîne devant les tribunaux pour la bagatelle de 800 électeurs « douteux » dans le 5ème arrondissement de Paris qui ne comptait pas moins de 41437 inscrits à l’époque ! Décidément, il n’y a plus de justice. Pourtant, comme le dit Xavière, vue d’ici ma cuisine électorale parisienne fait figure de fiente de gabian aux yeux des autochtones.



 16/02/2009 11:24:39         Commentaire 5 par : unsaintois

@local : pour ma part, le rapport que je vois (à l'oeil nu) c'est celui qui apparait entre le nombre d'habitants recensés et le nombre d'électeurs inscrits qui est de 115%, soit 45% au dessus de la moyenne nationale. En d'autres termes, cela signifie que 4 électeurs sur dix qui sont inscrits aux Saintes (et qui y votent) n'habitent pas aux Saintes ou, du moins, n'ont pas été recensés par l'INSEE comme tels. Cherchez l'erreur ...



 16/02/2009 10:48:41         Commentaire 4 par : local

je ne vois pas le rapport et en quoi le nbre d'électeurs peut jouer.



 16/02/2009 10:17:31         Commentaire 3 par : Fil Vert

Bravo pour votre blog qui est un exemple bien vivant de la mise en exergue d'une si belle région dans tous ses aspects sociaux,environnementaux !

Fil Vert
"Construire au fil de sa conscience"
http://filvert.blog.lemonde.fr



 10/02/2009 19:16:17         Commentaire 2 par : unsaintois

Vous avez raison unsanten, la préservation de notre QUALITE DE VIE passe par une bonne gestion de "l'afflux", y-compris l'afflux d'électeurs.



 10/02/2009 17:58:51         Commentaire 1 par : unsanten

les personnes veulent habiter ET SURTOUT RESTER aux saintes justement parcequ'il n'y a pas cet afflux de monde pas souvent positif.CONSERFVONS NOTRE QUALITE DE VIE . un grand nombre de saintois et de santen le reconnaissent heureusement.




Haut de page